logo

L’industrie des noms de domaine de premier niveau national à l’ère du confinement Taha Bentaleb

Les entreprises à travers le monde sont confrontées à une situation nouvelle et difficile que l'on n'a pas vue depuis des générations. Un confinement massif de la société en raison de la pandémie du coronavirus, des milliers d'entreprises ayant été forcées de renvoyer leurs employés chez eux. L'impact sociétal est large et profond; cependant, pour les registres ccTLD, au-delà des changements apportés à leur mode de fonctionnement, les effets commerciaux semblent jusqu'à présent minimes. Toutefois, un aspect des activités d'enregistrement peut changer - le volume des enregistrements eux-mêmes. Les chiffres du CENTR montrent une augmentation des nouvelles inscriptions au mois d'avril 2020.

Sur  la base d'un échantillon de 25 ccTLD, les nouveaux domaines enregistrés en avril 2020 sont en hausse de 20% par rapport à la même période un an plus tôt. Cette augmentation a même fait grimper la médiane des taux de croissance  des noms de domaine du CENTR30 (30 plus grands ccTLD membres du CENTR) - chose rarement vue au cours de la dernière décennie.

Souvent, les enregistrements de domaines sont liés à des événements par des investisseurs qui espèrent réaliser un profit en vendant ces domaines sur le marché secondaire ou parfois par ceux qui ont une motivation criminelle, comme créer de fausses boutiques en ligne vendant des produits qui ne seront pas livrés. Il est important de considérer cela avant d'exposer d'autres théories pour expliquer les nouvelles inscriptions.

Une étude menée par CENTR en avril 2020 sur les domaines nouvellement enregistrés de 12 ccTLD entre janvier et mars 2020. Les ccTLD ont combinés un total de 6154 domaines contenant le terme covid, corona et / ou virus. Pour mettre cela en perspective, le même ensemble de ccTLD a enregistré un total de plus de 751 000 nouveaux domaines au cours de la même période de 3 mois. Les domaines liés aux covid ne représentent donc que 0,8%. Un robot d'exploration du Web a analysé les domaines concernés en découvrant qu'environ 26% avaient un site Web actif. L'étude montre un certain nombre de choses - premièrement, que l'appétit pour les domaines thématiques Covid semble faible dans les ccTLD et deuxièmement, cela n'explique probablement pas le coup de pouce global dans les nouveaux domaines.

Une théorie plus plausible pour expliquer ce phénomène est liée à l'évolution du paysage des entreprises et de l'emploi. Étant donné que le confinement a considérablement réduit les clients physique dans les magasins  et placé des millions de travailleurs dans un statut d'emploi précaire, les entreprises et les particuliers ont dû s'adapter. Afin d'amortir les impacts de la baisse des revenus, les «briques et mortier» traditionnels, les entreprises ont dû explorer de nouvelles alternatives pour faire des affaires. Si une entreprise n'avait pas de présence en ligne auparavant, la pandémie a donné une raison valable de le faire maintenant. Des studios de remise en forme dispensant des cours en ligne, des théâtres en direct et des innombrables autres mettant à jour rapidement leurs sites pour inclure des passerelles de paiement pour les commandes, une présence en ligne est désormais plus importante que jamais.

L'un des principaux facteurs de la poursuite de la chute des marchés boursiers dans le monde s'est basé sur une mise en garde d'un responsable de l'Organisation mondiale de la santé qui a déclaré que le coronavirus pourrait être une menace permanente. Il devient évident que le nouvel environnement commercial pourrait devenir la nouvelle norme, ce qui inclut une démondialisation de la société.

La démondialisation va amener la société et les entreprises à s'orienter davantage vers la communauté locale, et les limites de la distance physique les pousseront plus que jamais à se connecter en ligne. Si les noms de domaine ne représentent qu'une petite partie de l'écosystème internet, leur rôle pourrait devenir de plus en plus important. Pour illustrer ce potentiel, il suffit de considérer que dans de nombreux pays, les PME représentent bien plus de 95 % de la population totale des entreprises. De plus, l'augmentation de la gestion locale peut être une opportunité pour les registres ccTLD de renforcer leur rôle de domaine centré et géré localement.

Quoi qu'il arrive, le changement dans la façon de travailler des entreprises est déjà en cours. Les possibilités offertes aux entreprises peuvent être considérables, et les noms de domaine représentent une voie d'accès au monde en ligne qui a fait ses preuves.

Du même auteur

Avec un T1 clôturé, la seule constante dans l’indust ... Taha Bentaleb

À la fin du premier trimestre de 2020, le nombre de nouveaux enregistrements de domaines génériques de premier niveau (gTLD) a atteint environ 33,2 millions. Nous prévoyon ...